Entrez ici votre Requête

shadow
Nom des rues

AVENUE GABRIEL LOIRE
Nous connaissons tous l'entreprise familiale des maîtres verriers Loire de Lèves.
Gabriel, décédé en 1998, dirigea ces ateliers où il exprima son talent, dans l'art du vitrail dont on peut admirer les effets dans l'église de Lèves, entre autres...
Il fut aussi un artiste peintre connu et reconnu. Il n'est que de voir la reproduction de certains de ses tableaux dans son livre "Mon Clown"... Il y en a beaucoup d'autres.

Il fit pour le Coudray la maquette du carton d'invitation aux officiels lors de l'inauguration de la Salle Polyvalente en 1989. Il peignit aussi pour nous, à cette occasion, un tableau que vous pouvez admirer dans le bureau du Maire. A noter que des vitraux des ateliers Loire ornent nos écoles et notre vieille Église en cours de restauration.

 

RUE DES CHARIOTS
Si les plans cadastraux actuels orthographient ainsi le mot"Chariots", il existe des documents où le mot s'écrivait "Charieaux".

On peut, bien sûr, rapprocher ce mot du vieux français "Charroi".

Mais il est permis de penser que l'appellation d'origine ait été "Chaisieaux", diminutif de "Chais" (d'où les Chaises) devenue "Chairieaux" puis "Charieaux", puis "Chariots",au hasard des fantaisies orthographiques, des lectures et des copies approximatives des scribes chargés d'établir les documents officiels.
 
RUE EDMOND DESOUCHES
Qui ne connaît cette figure représentative de la vie politique d'Eure-et-Loir et particulièrement de la région chartraine ?...

Maire de LUCÉ pendant 42 ans, il promut le développement de cette commune qui passa sous son influence de 1 500 à 20 000 habitants. Il fut conseiller général, député d'Eure-et-Loir, Président du Conseil Général. Son action s'exerça très fortement sur le logement social puisqu'il créa l'Office Départemental d'HLM d'Eure-et-Loir, la Société Anonyme d'HLM, I'aide au foyer. Il dirigea aussi la Régie du Syndicat Électrique du Pays Chartrain.

Initiateur et créateur de la SAEDEL, Société d'Aménagement, parrainée par le Conseil Général, il aida les communes qui, dans leur grande majorité, n'avaient pas de services techniques adaptés à gérer et à conduire leur développement.
C'est à ce titre qu'il eut une action majeure sur le démarrage de l'urbanisme du plateau des Larris. Il mourut tragiquement en décembre 1997 à 93 ans.

 

CHEMIN DE BAUDRAN
L'origine du mot "Baudran" viendrait du mot gaulois "brad" ou "bard" qui signifie: terre humide, argileuse. Origine à laquelle se rattachait aussi "terrain bourdant" ou "boudant", expression locale qualifiant autrefois un terrain mal poussant.
Le champtier cadastral du secteur, dit "Baudran" épouse en effet la pente basse de la vallée où coulait un ruisseau maintenant canalisé en réseau souterrain d'eaux pluviales. Ce secteur pouvait donc avant l'application des techniques d'assainissement être"bourdant" avant de devenir "baudran".

RUE DU STADE
Cette voie en cours de construction, qui reliera la rue du Gord à la rue de Voves, borde sur sa totalité le stade et les futurs accès à ce complexe sportif. Quoi de plus identifiant et localisant que cette nouvelle dénomination pour se rendre au stade !

RUE DES BUFETIERS
Rue qui relie la rue du Stade à la rue de la Tuilerie.

Pourquoi ce nom? Pour conserver er préserver l'histoire de la commune et garder ce nom de lieu-dit.
Qui étaient "Les Buffetiers"? de petits récoltants vinicoles du Coudray qui approvisionnaient en boisson les "buffets, bars et restaurants" de Chartres et de l'agglomération.

Il y aura aussi :

- l'impasse des Buffetiers (débouchant sur la rue des Bufeftiers),
- l'impasse des Blés d'Or, dans le vallon où bon nombre de Coudrions ont entendus chaque année craquer les blés,
- l'impasse de la Suiferie, près de la Vallée où de l'ancienne suiferie était en activité.

Les sentes piétonnes reliant chaque rue seront aussi dénommées pour une meilleure identification (sente des Blés d'Or, sente du Vallon).

Ces nouvelles dénominations rappelleront, sans aucun doute, quelques souvenirs aux anciens Coudrions et nous l'espérons, satisferont tous les nouveaux Coudrions.

 

 

AVENUE DU BARON ROUILLARD DE BEAUVAL
Le Baron Adrien - Crépin - Marie RouUlard de Beauval (1797-1854) fut propriétaire du Gord, des bois des Gaudinières, des Bellangères et de Morancez. Il fut conseiller général d'Eure-et-Loir, maire du Coudray pendant quelques mois. Sa tombe est dans notre cimetière. L'achat de sa concession fit l'objet d'une extension de ce cimetière. Sa mémoire est particulièrement honorée au Musée de l'Empéri à Salon de Provence (Art et Histoire Militaires). Il s'illustra, en effet, comme Colonel de l'Empire. Dans l'ouvrage "Épopée Impériale racontée par la Grande Armée", présentée par Théo Fleiscmann, Perrin 1964, on peut lire : "A la bataille de Montmirail se trouvait le régiment des flan queurs de la garde, commandé par le colonel Rouillard de Beauval.

 


Ce brave officier eut l'avant-bras fracassé par un coup de mitraille. Pendant qu'on l'emportait du champ de bataille, il passa tout prés de l'Empereur qui, d'un point élevé du chemin, contemplait avec bonheur les succès de ses troupes". Notre beau colonel porté sur un brancard se redressa fièrement, soutint de sa main gauche encore valide son bras droit sanglant et déchiré, l'éleva au-dessus de sa tête en s'écriant : "Vive l'Empereur !" Napoléon ne lui répondit que par ces mots : "Merci, baron". Ce titre lui fut conféré peu après.

Vous pouvez. Si l'occasion se présente, voir au Musée de l'Empéri, son superbe shako d'officier qui fat traversé par une balle à la bataille de Montmirail, son sabre de grenadins de la garde avec sa dragonne, ses épaulettes brodées en or et en argent, etc.



Plan du site    |   Nos liens    |   Nous contacter    |   Informations lĂ©gales    
Tous droits réservés à Ville du Coudray, 2013